Participez à une réunion

Aimeriez-vous participer à la discussion sur l’éducation postsecondaire dans le Nord? Participez à une séance de discussion virtuelle ou en personne. Vous n’avez qu’à cliquer sur votre région d’origine, ci-dessous.

En raison des mesures de santé publique, nous ne pouvons pas programmer de séances en personne dans toutes les régions. Après votre inscription, nous vous indiquerons les dates et les heures des séances de discussion et préciserons si elles seront tenues en ligne ou en personne.

Sélectionnez votre région :
Carte

Yukon

Environ 23 % des 41 000 résidents du territoire se disent autochtones. Le Yukon compte 15 collectivités, toutes reliées par un réseau routier, sauf une. Whitehorse est de loin la collectivité la plus importante, avec environ 75 % de la population du territoire. En 2016, 68 % des résidents de 25 à 64 ans détenaient un titre postsecondaire, ce qui représente la plus forte proportion au Canada. Un peu plus de 50 % de la population autochtone du même groupe d’âge déclarait avoir suivi une formation de niveau postsecondaire. Dans le territoire, 30 % des détenteurs d’un titre postsecondaire ayant étudié au Canada ont fait leurs études au Yukon.

L’année dernière, le Bureau du vérificateur général du Canada a procédé à une évaluation des écoles du territoire. Deux des principales conclusions de l’audit étaient que le territoire ne s’efforçait pas assez de dégager les causes des écarts dans les résultats scolaires entre les élèves autochtones et non autochtones et n’assumait pas suffisamment ses responsabilités envers les Premières Nations du Yukon en matière culturelle et linguistique.

L’Université du Yukon, dont les activités sont centralisées à Whitehorse, est le seul établissement d’enseignement postsecondaire du territoire. Autrefois un collège, l’établissement a obtenu son statut d’université le 9 mai 2020 et abrite le Centre de recherche du Yukon. En plus du campus principal de Whitehorse, d’autres campus dispersés dans 12 autres collectivités offrent une gamme de cours beaucoup plus réduite. En 2018-2019, un peu plus de 6 000 étudiants étaient inscrits à l’Université (un collège à l’époque), dont environ 80 % à des cours non crédités. Chez le groupe des étudiants inscrits à des cours crédités, 28 % étaient autochtones (30 % à plein temps, 25 % à temps partiel). L’âge médian du groupe était de 26 ans. Au cours de la présente année scolaire (2020-2021), l’Université mettra au point un plan stratégique et un plan d’enseignement. Un programme de baccalauréat en études nordiques est attendu pour la prochaine année scolaire.

 


Liens utiles:


 

Yukon

Environ 23 % des 41 000 résidents du territoire se disent autochtones. Le Yukon compte 15 collectivités, toutes reliées par un réseau routier, sauf une. Whitehorse est de loin la collectivité la plus importante, avec environ 75 % de la population du territoire. En 2016, 68 % des résidents de 25 à 64 ans détenaient un titre postsecondaire, ce qui représente la plus forte proportion au Canada. Un peu plus de 50 % de la population autochtone du même groupe d’âge déclarait avoir suivi une formation de niveau postsecondaire. Dans le territoire, 30 % des détenteurs d’un titre postsecondaire ayant étudié au Canada ont fait leurs études au Yukon.

L’année dernière, le Bureau du vérificateur général du Canada a procédé à une évaluation des écoles du territoire. Deux des principales conclusions de l’audit étaient que le territoire ne s’efforçait pas assez de dégager les causes des écarts dans les résultats scolaires entre les élèves autochtones et non autochtones et n’assumait pas suffisamment ses responsabilités envers les Premières Nations du Yukon en matière culturelle et linguistique.

L’Université du Yukon, dont les activités sont centralisées à Whitehorse, est le seul établissement d’enseignement postsecondaire du territoire. Autrefois un collège, l’établissement a obtenu son statut d’université le 9 mai 2020 et abrite le Centre de recherche du Yukon. En plus du campus principal de Whitehorse, d’autres campus dispersés dans 12 autres collectivités offrent une gamme de cours beaucoup plus réduite. En 2018-2019, un peu plus de 6 000 étudiants étaient inscrits à l’Université (un collège à l’époque), dont environ 80 % à des cours non crédités. Chez le groupe des étudiants inscrits à des cours crédités, 28 % étaient autochtones (30 % à plein temps, 25 % à temps partiel). L’âge médian du groupe était de 26 ans. Au cours de la présente année scolaire (2020-2021), l’Université mettra au point un plan stratégique et un plan d’enseignement. Un programme de baccalauréat en études nordiques est attendu pour la prochaine année scolaire.

 


Liens utiles:


 

Yukon

Environ 23 % des 41 000 résidents du territoire se disent autochtones. Le Yukon compte 15 collectivités, toutes reliées par un réseau routier, sauf une. Whitehorse est de loin la collectivité la plus importante, avec environ 75 % de la population du territoire. En 2016, 68 % des résidents de 25 à 64 ans détenaient un titre postsecondaire, ce qui représente la plus forte proportion au Canada. Un peu plus de 50 % de la population autochtone du même groupe d’âge déclarait avoir suivi une formation de niveau postsecondaire. Dans le territoire, 30 % des détenteurs d’un titre postsecondaire ayant étudié au Canada ont fait leurs études au Yukon.

L’année dernière, le Bureau du vérificateur général du Canada a procédé à une évaluation des écoles du territoire. Deux des principales conclusions de l’audit étaient que le territoire ne s’efforçait pas assez de dégager les causes des écarts dans les résultats scolaires entre les élèves autochtones et non autochtones et n’assumait pas suffisamment ses responsabilités envers les Premières Nations du Yukon en matière culturelle et linguistique.

L’Université du Yukon, dont les activités sont centralisées à Whitehorse, est le seul établissement d’enseignement postsecondaire du territoire. Autrefois un collège, l’établissement a obtenu son statut d’université le 9 mai 2020 et abrite le Centre de recherche du Yukon. En plus du campus principal de Whitehorse, d’autres campus dispersés dans 12 autres collectivités offrent une gamme de cours beaucoup plus réduite. En 2018-2019, un peu plus de 6 000 étudiants étaient inscrits à l’Université (un collège à l’époque), dont environ 80 % à des cours non crédités. Chez le groupe des étudiants inscrits à des cours crédités, 28 % étaient autochtones (30 % à plein temps, 25 % à temps partiel). L’âge médian du groupe était de 26 ans. Au cours de la présente année scolaire (2020-2021), l’Université mettra au point un plan stratégique et un plan d’enseignement. Un programme de baccalauréat en études nordiques est attendu pour la prochaine année scolaire.

 


Liens utiles:


 

Territoires du Nord-Ouest

Les Territoires du Nord‑Ouest comptent une population de près de 45 000 personnes vivant dans 33 collectivités, dont 46 % à Yellowknife. Environ 50 % de la population est autochtone. Un peu moins de 50 % de la population a fait des études postsecondaires. Chez les Autochtones, 33 % ont une éducation postsecondaire et 14 % ont moins qu’une 9e année. Actuellement, les taux de scolarité postsecondaire dans les Territoires du Nord-Ouest se situent sous la moyenne nationale. En 2016, 20 % des résidents de 25 à 64 ans n’avaient pas de diplôme d’études secondaires ni fait d’études de niveau postsecondaire. Bon nombre des personnes ayant un faible niveau d’instruction vivaient dans des collectivités de petite taille, où jusqu’à 68 % de la population ne possédait pas de diplôme d’études secondaires en 2016.

Les Territoires du Nord‑Ouest comptent actuellement un seul établissement d’enseignement postsecondaire public : le Collège Aurora. L’écosystème d’éducation postsecondaire comprend aussi le Collège nordique francophone (le Collège nordique), collège communautaire à but non lucratif, et le Centre Dechinta pour la recherche et l’apprentissage, établissement d’enseignement postsecondaire et de recherche fondé sur la relation avec le territoire et dirigé par des Autochtones. Les trois établissements offrent une programmation complémentaire et travaillent ensemble à combler les besoins des Territoires du Nord‑Ouest sur le plan de l’éducation postsecondaire.

Fondé en 1981, le Collège Aurora assure aussi la direction des centres d’apprentissage communautaires. Des certificats et des diplômes dans des domaines concrets comme la construction, l’entretien et le soutien administratif constituent l’essentiel de ses programmes. Il offre deux programmes de grade universitaire, en éducation et en sciences infirmières. La plupart des cours sont offerts à Fort Smith, et d’autres sont donnés à Yellowknife et à Inuvik. Un seul cours – introduction à l’exploitation minière souterraine – est offert dans les centres d’apprentissage communautaires.

 


Liens utiles :


 

Territoires du Nord-Ouest

Les Territoires du Nord‑Ouest comptent une population de près de 45 000 personnes vivant dans 33 collectivités, dont 46 % à Yellowknife. Environ 50 % de la population est autochtone. Un peu moins de 50 % de la population a fait des études postsecondaires. Chez les Autochtones, 33 % ont une éducation postsecondaire et 14 % ont moins qu’une 9e année. Actuellement, les taux de scolarité postsecondaire dans les Territoires du Nord-Ouest se situent sous la moyenne nationale. En 2016, 20 % des résidents de 25 à 64 ans n’avaient pas de diplôme d’études secondaires ni fait d’études de niveau postsecondaire. Bon nombre des personnes ayant un faible niveau d’instruction vivaient dans des collectivités de petite taille, où jusqu’à 68 % de la population ne possédait pas de diplôme d’études secondaires en 2016.

Les Territoires du Nord‑Ouest comptent actuellement un seul établissement d’enseignement postsecondaire public : le Collège Aurora. L’écosystème d’éducation postsecondaire comprend aussi le Collège nordique francophone (le Collège nordique), collège communautaire à but non lucratif, et le Centre Dechinta pour la recherche et l’apprentissage, établissement d’enseignement postsecondaire et de recherche fondé sur la relation avec le territoire et dirigé par des Autochtones. Les trois établissements offrent une programmation complémentaire et travaillent ensemble à combler les besoins des Territoires du Nord‑Ouest sur le plan de l’éducation postsecondaire.

Fondé en 1981, le Collège Aurora assure aussi la direction des centres d’apprentissage communautaires. Des certificats et des diplômes dans des domaines concrets comme la construction, l’entretien et le soutien administratif constituent l’essentiel de ses programmes. Il offre deux programmes de grade universitaire, en éducation et en sciences infirmières. La plupart des cours sont offerts à Fort Smith, et d’autres sont donnés à Yellowknife et à Inuvik. Un seul cours – introduction à l’exploitation minière souterraine – est offert dans les centres d’apprentissage communautaires.

 


Liens utiles :


 

Territoires du Nord-Ouest

Les Territoires du Nord‑Ouest comptent une population de près de 45 000 personnes vivant dans 33 collectivités, dont 46 % à Yellowknife. Environ 50 % de la population est autochtone. Un peu moins de 50 % de la population a fait des études postsecondaires. Chez les Autochtones, 33 % ont une éducation postsecondaire et 14 % ont moins qu’une 9e année. Actuellement, les taux de scolarité postsecondaire dans les Territoires du Nord-Ouest se situent sous la moyenne nationale. En 2016, 20 % des résidents de 25 à 64 ans n’avaient pas de diplôme d’études secondaires ni fait d’études de niveau postsecondaire. Bon nombre des personnes ayant un faible niveau d’instruction vivaient dans des collectivités de petite taille, où jusqu’à 68 % de la population ne possédait pas de diplôme d’études secondaires en 2016.

Les Territoires du Nord‑Ouest comptent actuellement un seul établissement d’enseignement postsecondaire public : le Collège Aurora. L’écosystème d’éducation postsecondaire comprend aussi le Collège nordique francophone (le Collège nordique), collège communautaire à but non lucratif, et le Centre Dechinta pour la recherche et l’apprentissage, établissement d’enseignement postsecondaire et de recherche fondé sur la relation avec le territoire et dirigé par des Autochtones. Les trois établissements offrent une programmation complémentaire et travaillent ensemble à combler les besoins des Territoires du Nord‑Ouest sur le plan de l’éducation postsecondaire.

Fondé en 1981, le Collège Aurora assure aussi la direction des centres d’apprentissage communautaires. Des certificats et des diplômes dans des domaines concrets comme la construction, l’entretien et le soutien administratif constituent l’essentiel de ses programmes. Il offre deux programmes de grade universitaire, en éducation et en sciences infirmières. La plupart des cours sont offerts à Fort Smith, et d’autres sont donnés à Yellowknife et à Inuvik. Un seul cours – introduction à l’exploitation minière souterraine – est offert dans les centres d’apprentissage communautaires.

 


Liens utiles :


 

Nunavut

Vous aimeriez discuter d’éducation postsecondaire au Nunavut? Joignez-vous à une séance de discussion ou répondez à un sondage sur le sujet : (Au besoin, ajouter un bouton, qui sera supprimé lorsque la phase de consultation sera achevée). C’est ici que nous pourrions répartir les différents auditoires en catégories et leur demander de s’inscrire aux séances virtuelles [p. ex., étudiants actuels de niveau secondaire, étudiants actuels de niveau postsecondaire, détenteurs d’un diplôme d’études postsecondaires, personnes qui ont entrepris des études postsecondaires, sans les achever, spécialistes de l’éducation (conseillers en orientation, enseignants dans des écoles du Nord et dans des collèges, coordonnateurs des affaires étudiantes, fonctionnaires de l’éducation)]. Ils n’auraient qu’à indiquer leur nom et leur adresse courriel. Le nombre de séances pourrait être adapté à la demande.

Le Nunavut compte 38 000 habitants, répartis dans 25 collectivités. Environ 84 % de la population est inuite. Les collectivités ne sont pas reliées par un réseau routier. Le taux de fréquentation des écoles du territoire est de moins de 70 %. Quelque 34 % de la population de plus de 15 ans possède un titre postsecondaire.

Le seul établissement d’enseignement postsecondaire du territoire, le Collège de l’Arctique du Nunavut, a été fondé en 1995 et il est fréquenté chaque année par environ 1 500 étudiants. Chaque communauté a un centre d’apprentissage communautaire. Quelques étudiants sont inscrits à un programme appelé Nunavut Sivuniksavut, donné à Ottawa, qui offre une formation culturelle et des cours théoriques. Bon nombre d’étudiants qui ont suivi ce programme poursuivent leurs études dans d’autres établissements d’enseignement postsecondaire.

L’Institut d’innovation et de recherche du Nunavut est une division du Collège, qui a pour mandat de cerner les besoins des communautés en matière de recherche et de technologie et d’agir comme référence scientifique pour le gouvernement du Nunavut. L’Institut appuie aussi les chercheurs du Collège et vise à promouvoir et à préserver l’usage du savoir et de la technologie des Inuit.

 


Liens utiles :

  • Site Web du Collège de l’Arctique du Nunavut, établissement d’enseignement postsecondaire public du Nunavut
  • Sondage d’opinion publique sur le plan stratégique décennal du Collège de l’Arctique du Nunavut [EN ANGLAIS]
  • Site Web de Nunavut Sivuniksavut, silattuqsarvik (terme inuktitut signifiant « lieu et moment porteurs de sagesse ») établi à Ottawa, dont la mission est de proposer aux jeunes Inuit des expériences culturelles et éducationnelles dont ils auront besoin pour le développement du Nunavut [EN ANGLAIS]

Nunavut

Vous aimeriez discuter d’éducation postsecondaire au Nunavut? Joignez-vous à une séance de discussion ou répondez à un sondage sur le sujet : (Au besoin, ajouter un bouton, qui sera supprimé lorsque la phase de consultation sera achevée). C’est ici que nous pourrions répartir les différents auditoires en catégories et leur demander de s’inscrire aux séances virtuelles [p. ex., étudiants actuels de niveau secondaire, étudiants actuels de niveau postsecondaire, détenteurs d’un diplôme d’études postsecondaires, personnes qui ont entrepris des études postsecondaires, sans les achever, spécialistes de l’éducation (conseillers en orientation, enseignants dans des écoles du Nord et dans des collèges, coordonnateurs des affaires étudiantes, fonctionnaires de l’éducation)]. Ils n’auraient qu’à indiquer leur nom et leur adresse courriel. Le nombre de séances pourrait être adapté à la demande.

Le Nunavut compte 38 000 habitants, répartis dans 25 collectivités. Environ 84 % de la population est inuite. Les collectivités ne sont pas reliées par un réseau routier. Le taux de fréquentation des écoles du territoire est de moins de 70 %. Quelque 34 % de la population de plus de 15 ans possède un titre postsecondaire.

Le seul établissement d’enseignement postsecondaire du territoire, le Collège de l’Arctique du Nunavut, a été fondé en 1995 et il est fréquenté chaque année par environ 1 500 étudiants. Chaque communauté a un centre d’apprentissage communautaire. Quelques étudiants sont inscrits à un programme appelé Nunavut Sivuniksavut, donné à Ottawa, qui offre une formation culturelle et des cours théoriques. Bon nombre d’étudiants qui ont suivi ce programme poursuivent leurs études dans d’autres établissements d’enseignement postsecondaire.

L’Institut d’innovation et de recherche du Nunavut est une division du Collège, qui a pour mandat de cerner les besoins des communautés en matière de recherche et de technologie et d’agir comme référence scientifique pour le gouvernement du Nunavut. L’Institut appuie aussi les chercheurs du Collège et vise à promouvoir et à préserver l’usage du savoir et de la technologie des Inuit.

 


Liens utiles :

  • Site Web du Collège de l’Arctique du Nunavut, établissement d’enseignement postsecondaire public du Nunavut
  • Sondage d’opinion publique sur le plan stratégique décennal du Collège de l’Arctique du Nunavut [EN ANGLAIS]
  • Site Web de Nunavut Sivuniksavut, silattuqsarvik (terme inuktitut signifiant « lieu et moment porteurs de sagesse ») établi à Ottawa, dont la mission est de proposer aux jeunes Inuit des expériences culturelles et éducationnelles dont ils auront besoin pour le développement du Nunavut [EN ANGLAIS]

Nunavut

Vous aimeriez discuter d’éducation postsecondaire au Nunavut? Joignez-vous à une séance de discussion ou répondez à un sondage sur le sujet : (Au besoin, ajouter un bouton, qui sera supprimé lorsque la phase de consultation sera achevée). C’est ici que nous pourrions répartir les différents auditoires en catégories et leur demander de s’inscrire aux séances virtuelles [p. ex., étudiants actuels de niveau secondaire, étudiants actuels de niveau postsecondaire, détenteurs d’un diplôme d’études postsecondaires, personnes qui ont entrepris des études postsecondaires, sans les achever, spécialistes de l’éducation (conseillers en orientation, enseignants dans des écoles du Nord et dans des collèges, coordonnateurs des affaires étudiantes, fonctionnaires de l’éducation)]. Ils n’auraient qu’à indiquer leur nom et leur adresse courriel. Le nombre de séances pourrait être adapté à la demande.

Le Nunavut compte 38 000 habitants, répartis dans 25 collectivités. Environ 84 % de la population est inuite. Les collectivités ne sont pas reliées par un réseau routier. Le taux de fréquentation des écoles du territoire est de moins de 70 %. Quelque 34 % de la population de plus de 15 ans possède un titre postsecondaire.

Le seul établissement d’enseignement postsecondaire du territoire, le Collège de l’Arctique du Nunavut, a été fondé en 1995 et il est fréquenté chaque année par environ 1 500 étudiants. Chaque communauté a un centre d’apprentissage communautaire. Quelques étudiants sont inscrits à un programme appelé Nunavut Sivuniksavut, donné à Ottawa, qui offre une formation culturelle et des cours théoriques. Bon nombre d’étudiants qui ont suivi ce programme poursuivent leurs études dans d’autres établissements d’enseignement postsecondaire.

L’Institut d’innovation et de recherche du Nunavut est une division du Collège, qui a pour mandat de cerner les besoins des communautés en matière de recherche et de technologie et d’agir comme référence scientifique pour le gouvernement du Nunavut. L’Institut appuie aussi les chercheurs du Collège et vise à promouvoir et à préserver l’usage du savoir et de la technologie des Inuit.

 


Liens utiles :

  • Site Web du Collège de l’Arctique du Nunavut, établissement d’enseignement postsecondaire public du Nunavut
  • Sondage d’opinion publique sur le plan stratégique décennal du Collège de l’Arctique du Nunavut [EN ANGLAIS]
  • Site Web de Nunavut Sivuniksavut, silattuqsarvik (terme inuktitut signifiant « lieu et moment porteurs de sagesse ») établi à Ottawa, dont la mission est de proposer aux jeunes Inuit des expériences culturelles et éducationnelles dont ils auront besoin pour le développement du Nunavut [EN ANGLAIS]

Nord du Manitoba

Selon la définition de la province, le Nord du Manitoba couvre environ 67 % du territoire provincial, mais compte pour moins de 8 % de la population, soit plus de 88 000 habitants. Le centre minier de Thompson, d’une population d’environ 14 000 personnes, est la plus grande collectivité du Nord de la Province. Le Pas, ville minière historique, compte moins de 6 000 personnes. Près de 75 % de la population est autochtone, dont près de 50 % vit au sein de Premières Nations où le taux de chômage est généralement de plus de 75 % et où 52 % de la population a moins d’une 12e année.

À l’initiative du gouvernement du Manitoba, le Collège communautaire Keewatin est devenu le Collège universitaire du Nord, en 2004, et cet établissement accueille près de 1 800 étudiants à ses deux campus (Thompson et Le Pas). L’essentiel de ses programmes est consacré à des cours de recyclage pour adultes, aux métiers spécialisés et à des programmes menant à un diplôme. L’établissement offre aussi des grades dans les arts, les affaires et le développement communautaire, notamment, ainsi qu’une série de diplômes en études nordiques et autochtones. Souvent, des étudiants fréquentent le Collège universitaire durant un ou deux ans avant de poursuivre leurs études dans d’autres établissements.

De plus, 12 centres régionaux établis dans de petites localités offrent différents programmes, soit quelques programmes agréés dans des domaines comme les soins de santé, le travail social, les métiers spécialisés, en plus de cours d’éducation permanente sur des sujets comme l’informatique, l’apprentissage de la langue crie, les premiers soins et la surveillance des ours polaires. Les centres régionaux comptaient 1 381 inscriptions en 2018.


Liens utiles


 

Nord du Manitoba

Selon la définition de la province, le Nord du Manitoba couvre environ 67 % du territoire provincial, mais compte pour moins de 8 % de la population, soit plus de 88 000 habitants. Le centre minier de Thompson, d’une population d’environ 14 000 personnes, est la plus grande collectivité du Nord de la Province. Le Pas, ville minière historique, compte moins de 6 000 personnes. Près de 75 % de la population est autochtone, dont près de 50 % vit au sein de Premières Nations où le taux de chômage est généralement de plus de 75 % et où 52 % de la population a moins d’une 12e année.

À l’initiative du gouvernement du Manitoba, le Collège communautaire Keewatin est devenu le Collège universitaire du Nord, en 2004, et cet établissement accueille près de 1 800 étudiants à ses deux campus (Thompson et Le Pas). L’essentiel de ses programmes est consacré à des cours de recyclage pour adultes, aux métiers spécialisés et à des programmes menant à un diplôme. L’établissement offre aussi des grades dans les arts, les affaires et le développement communautaire, notamment, ainsi qu’une série de diplômes en études nordiques et autochtones. Souvent, des étudiants fréquentent le Collège universitaire durant un ou deux ans avant de poursuivre leurs études dans d’autres établissements.

De plus, 12 centres régionaux établis dans de petites localités offrent différents programmes, soit quelques programmes agréés dans des domaines comme les soins de santé, le travail social, les métiers spécialisés, en plus de cours d’éducation permanente sur des sujets comme l’informatique, l’apprentissage de la langue crie, les premiers soins et la surveillance des ours polaires. Les centres régionaux comptaient 1 381 inscriptions en 2018.


Liens utiles


 

Nord du Manitoba

Selon la définition de la province, le Nord du Manitoba couvre environ 67 % du territoire provincial, mais compte pour moins de 8 % de la population, soit plus de 88 000 habitants. Le centre minier de Thompson, d’une population d’environ 14 000 personnes, est la plus grande collectivité du Nord de la Province. Le Pas, ville minière historique, compte moins de 6 000 personnes. Près de 75 % de la population est autochtone, dont près de 50 % vit au sein de Premières Nations où le taux de chômage est généralement de plus de 75 % et où 52 % de la population a moins d’une 12e année.

À l’initiative du gouvernement du Manitoba, le Collège communautaire Keewatin est devenu le Collège universitaire du Nord, en 2004, et cet établissement accueille près de 1 800 étudiants à ses deux campus (Thompson et Le Pas). L’essentiel de ses programmes est consacré à des cours de recyclage pour adultes, aux métiers spécialisés et à des programmes menant à un diplôme. L’établissement offre aussi des grades dans les arts, les affaires et le développement communautaire, notamment, ainsi qu’une série de diplômes en études nordiques et autochtones. Souvent, des étudiants fréquentent le Collège universitaire durant un ou deux ans avant de poursuivre leurs études dans d’autres établissements.

De plus, 12 centres régionaux établis dans de petites localités offrent différents programmes, soit quelques programmes agréés dans des domaines comme les soins de santé, le travail social, les métiers spécialisés, en plus de cours d’éducation permanente sur des sujets comme l’informatique, l’apprentissage de la langue crie, les premiers soins et la surveillance des ours polaires. Les centres régionaux comptaient 1 381 inscriptions en 2018.


Liens utiles


 

Nunavik

La population du Nunavik dépasse tout juste les 13 000 habitants, dont 90 % sont inuits, répartis dans 14 collectivités. Kuujjuaq est le principal centre, avec une population d’environ 2 400 personnes. Un peu plus du quart de la population de plus de 15 ans possède un titre postsecondaire.

Kativik Ilisarniliriniq, commission scolaire du Nunavik, a été créée en 1975, dans le cadre de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois (CBJNQ). Depuis 1978, Kativik Ilisarniliriniq est le seul organisme offrant des services d’éducation à la population du Nunavik. Les programmes d’enseignement conçus par la commission scolaire sont offerts dans toutes les écoles des 14 collectivités du Nunavik, en inuktitut comme langue première, et en français et en anglais, comme langue seconde. La commission scolaire assure le fonctionnement de 17 écoles primaires et secondaires et de 5 centres d’éducation des adultes.

Le Nunavik ne compte aucun établissement d’enseignement postsecondaire. Kativik Ilisarniliriniq fournit un soutien (pratique et financier) aux étudiants du Nunavik qui suivent une formation dans un établissement d’enseignement postsecondaire hors de la région. En 2015-2016, l’organisme parrainait 127 étudiants de niveau postsecondaire. Il offre également une formation professionnelle menant à un diplôme dans 12 disciplines. La formation est offerte principalement à Kuujjuaq et à Inukjuaq. En 2015-2016, 420 personnes étaient inscrites aux cours d’éducation des adultes et de formation professionnelle.


Liens utiles :

  • Site Web de Kativik Ilisarniliriniq, commission scolaire du Nunavik

  • Site Web de Nunavik Sivunitsavut, lieu où les Inuit du Nunavik abordent des questions internationales contemporaines d’un point de vue inuit, dans le cadre d’un programme collégial d’une durée d’un an


 

Nunavik

La population du Nunavik dépasse tout juste les 13 000 habitants, dont 90 % sont inuits, répartis dans 14 collectivités. Kuujjuaq est le principal centre, avec une population d’environ 2 400 personnes. Un peu plus du quart de la population de plus de 15 ans possède un titre postsecondaire.

Kativik Ilisarniliriniq, commission scolaire du Nunavik, a été créée en 1975, dans le cadre de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois (CBJNQ). Depuis 1978, Kativik Ilisarniliriniq est le seul organisme offrant des services d’éducation à la population du Nunavik. Les programmes d’enseignement conçus par la commission scolaire sont offerts dans toutes les écoles des 14 collectivités du Nunavik, en inuktitut comme langue première, et en français et en anglais, comme langue seconde. La commission scolaire assure le fonctionnement de 17 écoles primaires et secondaires et de 5 centres d’éducation des adultes.

Le Nunavik ne compte aucun établissement d’enseignement postsecondaire. Kativik Ilisarniliriniq fournit un soutien (pratique et financier) aux étudiants du Nunavik qui suivent une formation dans un établissement d’enseignement postsecondaire hors de la région. En 2015-2016, l’organisme parrainait 127 étudiants de niveau postsecondaire. Il offre également une formation professionnelle menant à un diplôme dans 12 disciplines. La formation est offerte principalement à Kuujjuaq et à Inukjuaq. En 2015-2016, 420 personnes étaient inscrites aux cours d’éducation des adultes et de formation professionnelle.


Liens utiles :

  • Site Web de Kativik Ilisarniliriniq, commission scolaire du Nunavik

  • Site Web de Nunavik Sivunitsavut, lieu où les Inuit du Nunavik abordent des questions internationales contemporaines d’un point de vue inuit, dans le cadre d’un programme collégial d’une durée d’un an


 

Nunavik

La population du Nunavik dépasse tout juste les 13 000 habitants, dont 90 % sont inuits, répartis dans 14 collectivités. Kuujjuaq est le principal centre, avec une population d’environ 2 400 personnes. Un peu plus du quart de la population de plus de 15 ans possède un titre postsecondaire.

Kativik Ilisarniliriniq, commission scolaire du Nunavik, a été créée en 1975, dans le cadre de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois (CBJNQ). Depuis 1978, Kativik Ilisarniliriniq est le seul organisme offrant des services d’éducation à la population du Nunavik. Les programmes d’enseignement conçus par la commission scolaire sont offerts dans toutes les écoles des 14 collectivités du Nunavik, en inuktitut comme langue première, et en français et en anglais, comme langue seconde. La commission scolaire assure le fonctionnement de 17 écoles primaires et secondaires et de 5 centres d’éducation des adultes.

Le Nunavik ne compte aucun établissement d’enseignement postsecondaire. Kativik Ilisarniliriniq fournit un soutien (pratique et financier) aux étudiants du Nunavik qui suivent une formation dans un établissement d’enseignement postsecondaire hors de la région. En 2015-2016, l’organisme parrainait 127 étudiants de niveau postsecondaire. Il offre également une formation professionnelle menant à un diplôme dans 12 disciplines. La formation est offerte principalement à Kuujjuaq et à Inukjuaq. En 2015-2016, 420 personnes étaient inscrites aux cours d’éducation des adultes et de formation professionnelle.


Liens utiles :

  • Site Web de Kativik Ilisarniliriniq, commission scolaire du Nunavik

  • Site Web de Nunavik Sivunitsavut, lieu où les Inuit du Nunavik abordent des questions internationales contemporaines d’un point de vue inuit, dans le cadre d’un programme collégial d’une durée d’un an


 

Nunatsiavut

Le Nunatsiavut a une population de plus de 2 500 personnes, dont la grande majorité se définit comme inuite. L’Accord sur les revendications territoriales des Inuit du Labrador (ARTIL), signé en 2005 par les Inuit du Labrador et les gouvernements du Canada et de Terre-Neuve-et-Labrador, a mené à la création du Nunatsiavut. La région a une superficie d’environ 15 800 kilomètres carrés. Le Nunatsiavut ne compte aucun établissement d’enseignement postsecondaire dirigé par le gouvernement du Nunatsiavut, mais il accueille une branche de l’Université Memorial, le Labrador Institute, située à Happy Valley-Goose Bay. En juillet 2020, l’École des études arctiques et subarctiques de l’Université Memorial a été créée et intégrée au Labrador Institute. La nouvelle école s’emploie à concevoir des programmes de premier cycle et d’études supérieures, des programmes menant à un diplôme ou à un certificat ainsi que des programmes de cycle supérieur. L’École des études arctiques et subarctiques a été créée en partenariat avec le gouvernement du Nunatsiavut, la Nation innue et le NunatuKavut. Son conseil des études est dirigé selon une formule partagée.

Le gouvernement du Nunatsiavut a formé différents partenariats avec l’Université Memorial dans le but d’offrir des programmes. Par exemple, 10 étudiants ont obtenu un baccalauréat en éducation inuit dans le cadre d’un programme de cinq ans, à l’issue d’un partenariat ponctuel entre le gouvernement du Nunatsiavut et l’Université Memorial. Auparavant, le Nunatsiavut avait formé un partenariat avec l’Université pour offrir le programme de baccalauréat en travail social inuit.

Le gouvernement du Nunatsiavut paie aux bénéficiaires différentes dépenses liées à l’éducation postsecondaire, comme les droits de scolarité, une allocation de subsistance, les frais de voyage ainsi que les manuels et le matériel. Il dirige aussi un programme appelé Inuit Pathways, qui offre des cours d’éducation des adultes et de formation professionnelle.

 


Liens utiles


Nunatsiavut

Le Nunatsiavut a une population de plus de 2 500 personnes, dont la grande majorité se définit comme inuite. L’Accord sur les revendications territoriales des Inuit du Labrador (ARTIL), signé en 2005 par les Inuit du Labrador et les gouvernements du Canada et de Terre-Neuve-et-Labrador, a mené à la création du Nunatsiavut. La région a une superficie d’environ 15 800 kilomètres carrés. Le Nunatsiavut ne compte aucun établissement d’enseignement postsecondaire dirigé par le gouvernement du Nunatsiavut, mais il accueille une branche de l’Université Memorial, le Labrador Institute, située à Happy Valley-Goose Bay. En juillet 2020, l’École des études arctiques et subarctiques de l’Université Memorial a été créée et intégrée au Labrador Institute. La nouvelle école s’emploie à concevoir des programmes de premier cycle et d’études supérieures, des programmes menant à un diplôme ou à un certificat ainsi que des programmes de cycle supérieur. L’École des études arctiques et subarctiques a été créée en partenariat avec le gouvernement du Nunatsiavut, la Nation innue et le NunatuKavut. Son conseil des études est dirigé selon une formule partagée.

Le gouvernement du Nunatsiavut a formé différents partenariats avec l’Université Memorial dans le but d’offrir des programmes. Par exemple, 10 étudiants ont obtenu un baccalauréat en éducation inuit dans le cadre d’un programme de cinq ans, à l’issue d’un partenariat ponctuel entre le gouvernement du Nunatsiavut et l’Université Memorial. Auparavant, le Nunatsiavut avait formé un partenariat avec l’Université pour offrir le programme de baccalauréat en travail social inuit.

Le gouvernement du Nunatsiavut paie aux bénéficiaires différentes dépenses liées à l’éducation postsecondaire, comme les droits de scolarité, une allocation de subsistance, les frais de voyage ainsi que les manuels et le matériel. Il dirige aussi un programme appelé Inuit Pathways, qui offre des cours d’éducation des adultes et de formation professionnelle.

 


Liens utiles


Nunatsiavut

Le Nunatsiavut a une population de plus de 2 500 personnes, dont la grande majorité se définit comme inuite. L’Accord sur les revendications territoriales des Inuit du Labrador (ARTIL), signé en 2005 par les Inuit du Labrador et les gouvernements du Canada et de Terre-Neuve-et-Labrador, a mené à la création du Nunatsiavut. La région a une superficie d’environ 15 800 kilomètres carrés. Le Nunatsiavut ne compte aucun établissement d’enseignement postsecondaire dirigé par le gouvernement du Nunatsiavut, mais il accueille une branche de l’Université Memorial, le Labrador Institute, située à Happy Valley-Goose Bay. En juillet 2020, l’École des études arctiques et subarctiques de l’Université Memorial a été créée et intégrée au Labrador Institute. La nouvelle école s’emploie à concevoir des programmes de premier cycle et d’études supérieures, des programmes menant à un diplôme ou à un certificat ainsi que des programmes de cycle supérieur. L’École des études arctiques et subarctiques a été créée en partenariat avec le gouvernement du Nunatsiavut, la Nation innue et le NunatuKavut. Son conseil des études est dirigé selon une formule partagée.

Le gouvernement du Nunatsiavut a formé différents partenariats avec l’Université Memorial dans le but d’offrir des programmes. Par exemple, 10 étudiants ont obtenu un baccalauréat en éducation inuit dans le cadre d’un programme de cinq ans, à l’issue d’un partenariat ponctuel entre le gouvernement du Nunatsiavut et l’Université Memorial. Auparavant, le Nunatsiavut avait formé un partenariat avec l’Université pour offrir le programme de baccalauréat en travail social inuit.

Le gouvernement du Nunatsiavut paie aux bénéficiaires différentes dépenses liées à l’éducation postsecondaire, comme les droits de scolarité, une allocation de subsistance, les frais de voyage ainsi que les manuels et le matériel. Il dirige aussi un programme appelé Inuit Pathways, qui offre des cours d’éducation des adultes et de formation professionnelle.

 


Liens utiles


Inscription :
Divulgation de renseignements:

Nous aimerions tenir des séances de discussion en personne dans la région. Si cela s’avère impossible ou si vous préfériez une discussion en ligne, nous organisons des séances de discussion virtuelles.

Tout ce qui est dit dans un forum public, en personne ou en ligne, peut être utilisé sous forme écrite par le Groupe de travail. Les réunions seront enregistrées, afin de permettre au Groupe de travail d’effectuer un compte rendu exact des propos. Les enregistrements audio ou vidéo peuvent aussi être diffusés publiquement par le Groupe de travail. Si vous ne voulez pas que nous utilisions vos propos sur support audio ou vidéo, veuillez l’indiquer ci-dessous.

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.